LE TEMPS ORDINAIRE

 

 

 

 

 

 

Nous sommes entrés dans la période dite du Temps ordinaire. Elle se situe entre le Baptême de Jésus et le Carême puis après la Pentecôte.  C'est une période qui dure 33 ou 34 semaines selon les années. En latin, on l'appelle "tempus per annum" (temps tout au long de l'année).

Comprenons bien, ici, "ordinaire" ne signifie pas banal. Ce mot vient du latin latin ordinarius : « qui est selon l’ordre ». L’Ordinaire par excellence c'est l’évêque, principe du sacrement de l’ordre en son diocèse, et ministre principal de toute la liturgie."

Ce temps liturgique est une sorte de retour au quotidien". (Lyon Catholique). Mais ce n'est pas un temps sans importance, bien au contraire. Un jour, j'ai lu dans une station à essence : "Chez nous, l'ordinaire sort de l'ordinaire". Il doit en être ainsi tout au long de notre vie.

"Le temps ordinaire, c'est le temps où toutes les réalités trouvent leur juste place selon le cœur de Dieu. Il ne s'agit pas de quitter le temps de la fête pour retrouver la grisaille du quotidien mais de vivre pleinement d'un mystère de salut (incarnation et rédemption, Noël et Pâques) qui s'inscrit jusque dans l'ordinaire de nos vies." (Fraternité de Jérusalem)

Nous entendrons des appels à suivre le Christ, à l'écouter et à nous convertir. Le temps ordinaire, c'est celui de l'accueil du Salut en Jésus Christ dans notre vie. Nous puisons chaque jour à la Source de l'amour qui est en Dieu pour le porter au monde.

"... le temps ordinaire n'est pas le temps du «moins» ou du «moins bien» mais le temps de se mettre en route... et c'est maintenant !" (Fraternité de Jérusalem)