Lundi 17 octobre  : "Dis à mon frère de partager avec moi..."

 

 

 

Textes bibliques : Lire

Dans l'évangile de ce jour, nous trouvons un homme qui n'a rien compris : Il est en conflit avec son frère pour une question d'héritage. Pour le comprendre, il faut connaître les habitudes de l'époque : pour éviter la division et la dispersion des champs et des troupeaux, le fils aîné hérite à peu près de tout. Mais il doit gérer le patrimoine au bénéfice du clan familial. Le fils cadet n'a que la portion congrue. C'est le cas de celui qui s'adresse à Jésus pour lui demander d'intervenir auprès de son frère. Mais Jésus repousse sèchement cette demande. Il n'est pas venu pour régler nos problèmes de partage. Il y a des personnes compétentes pour cela.

 

Mais comme souvent, Jésus en profite pour attaquer le problème à sa racine. Le vrai malheur, nous dit-il, c'est qu'il y a des hommes qui sont fous ; ils font des choix désastreux. Ils se rendent malheureux ; et en même temps, ils font le malheur des autres. C'est ce qui arrive quand on ne pense qu'à soi et qu'on oublie les autres et le reste du monde. Quand saint Luc écrit son évangile, il pense aux inégalités criantes du monde gréco-romain. Ces inégalités sont toujours bien présentes dans celui d'aujourd'hui.

 

Il ne faut jamais oublier que la terre et ses richesses ont été créées par Dieu au bénéfice de tous les hommes. Ces richesses continuent à appartenir à Dieu. Il nous les confie pour que nous les fassions fructifier au bénéfice de tous ses enfants. Nous avons le droit d'en user mais non d'en abuser. Par la bouche de Jésus, Dieu traite de fous ceux qui s'y laissent enfermer. En se prosternant devant le veau d'or, ils oublient d'aimer Dieu et le prochain. Ils n'aiment que leur propre personne ; ils deviennent des idolâtres qui se condamnent eux-mêmes. Notre trésor est dans notre cœur.

 

Alors, plus que jamais, nous accueillons cette supplication : "Aujourd'hui, ne fermez pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur".