7 novembre : Malheureux celui par qui le scandale arrive

 

 

 

Texte biblique : Lire

 

Cet Évangile nous parle sans ménagement des conséquences désastreuses du péché. Nos mauvais exemples, nos paroles, nos actes peuvent contribuer à la chute des plus faibles. Nous vivons dans une société qui fait tout pour les détourner de la foi chrétienne. Quand des personnes sont enfoncées dans leur situation désastreuse, les dégâts peuvent être considérables.

 

Face à ce mal, Jésus nous parle de pardon. Le mal est un ml qu'il faut combattre de toutes nos forces. Mais celui qui a péché est un frère qu'il faut sauver. Il a besoin de pardon. Les disciples qui entendent ces paroles semblent dire que c'est au-dessus de leurs forces : D'où leur prière : "Seigneur, augmente en nous la foi".

 

Nous connaissons peut-être ce  témoignage d'un prêtre qui est en mission auprès des enfants de la rue à Manille. Il s'efforce de les sortir de l'enfer de la drogue, de la prostitution et de la violence. Un jour, il n'en pouvait plus. Il est allé devant le Saint Sacrement pour crier toute sa colère vers Dieu. À côté de lui, se trouvait un enfant abandonné par sa maman prostituée qui dit cette prière : "Jésus, occupe-toi bien de ma maman". Les enfants ont beaucoup à nous apprendre sur le pardon.

 

A travers tous ces enfants victimes de toutes les violences, c'est Jésus qui est là. Lui-même a été vainqueur de la haine. Sur la croix, il nous montre le pardon qui désarme la vengeance et la haine. "Ce pardon est au cœur de la vie du Christ et donc de notre identité chrétienne. A la suite des disciples, nous faisons monter vers Dieu notre prière : "Seigneur, augmente en nous la foi".