17 novembre : Jésus pleure sur Jérusalem

 

 

Textes bibliques : Lire

 

Les lectures de ce jour sont un peu déroutantes. Mais en y regardant de près, nous y découvrons une bonne nouvelle : la première lecture est extraite du livre de l'Apocalypse. C'est un texte qui a été écrit pour des chrétiens persécutés. L'auteur y utilise un langage codé que seuls les chrétiens pouvaient comprendre. Ces derniers vivent une période douloureuse. Mais l'apôtre leur recommande de tenir bon. Il leur annonce la victoire du Christ sur les forces du mal. Ils sont invités à rester fidèles à l'Évangile quoi qu'il arrive. Le mal n'aura pas le dernier mot.

 

Cet appel à la conversion a été annoncé à temps et à contretemps au peuple de Jérusalem. Mais ce dernier n'a rien voulu entendre. Jésus le voit courir à sa perte et il pleure. Il constate que ce peuple n'en fait qu'à sa tête. Il ne pleure pas seulement sur sa destruction physique mais aussi sur sa destruction spirituelle. Ce peuple a eu Moïse et les prophètes. Et maintenant, ils ont le Fils de Dieu lui-même. Mais quelques jours plus tard, il sera torturé et mis à mort sur une croix.

 

Nous ne devons pas condamner trop vite les Israélites ; si Jésus a livré son Corps et versé son sang, c'est pour nous et pour la multitude. Et pourtant, nous pensons à toutes les fois om nous nous sommes détournés de lui. Chaque fois que nous sommes revenus, il nous a accueillis les bras ouverts. Mais nous sommes retombés dans les mêmes péchés. Nous sommes aussi aveugles que le peuple choisi. Nous avons perdu de vue le chemin de la paix. Nous n'avons pas su reconnaître le temps ou Dieu nous visitait.

 

Ces lectures nous invitent à prendre conscience de l'amour infini de Dieu pour nous et pour le monde entier. Il ne cesse de nous visiter. Il frappe à la porte de nous cœurs. Il nous supplie d'abandonner la pacotille et les futilités de ce monde et de nous attacher au seul vrai trésor : "Aujourd'hui, ne fermons pas notre cœur mais écoutons la voix du Seigneur."