Mon âme exalte le Seigneur

 

 

Textes bibliques : lire

Cette prière du Magnificat, nous la connaissons bien. Elle fait partie des prières de l'Église. Nous avons là le climat habituel de la prière de Marie. À quelques heures de Noël, il nous est bon de la faire nôtre.

 

Marie rend gloire au Seigneur qui "s'est penché sur son humble servante". C'est vrai, elle ne vivait pas dans le grand monde mais dans une bourgade inconnue. Elle ne faisait pas partie des notables mais des humbles, ceux dont personne ne parle. Et Dieu s'est penché sur elle. "Désormais tous les âges me diront bienheureuse…" Elle pense à l'humanité entière. Elle rend gloire à Dieu qui fit pour elle des merveilles. Ces merveilles de Dieu continuent aujourd'hui. Elles sont souvent cachées. Il nous appartient de les détecter dans le quotidien de nos vies.

 

"Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent…" Cet amour ne s'impose pas. Il attend que nous nous ouvrions à lui. C'est un amour toujours agissant. Il rabaisse les orgueilleux et leur montre leur néant. Il relève les petits en leur montre leur grandeur. La "pauvreté est une disposition d'âme absolument essentielle. L'homme trop sûr de lui, celui qui est imbu de ses certitudes n'a plus rien à attendre. Les pauvres de cœur sont heureux car ils sont en attente ; Dieu peut les combler.

 

Marie rend grâce car dans le monde de Dieu, les premiers sont les derniers. Les exclus, les petits, les humbles ont la première place dans son cœur. Marie se reconnaît proche d'eux. Elle le montre dans sa prière mais aussi dans son engagement. C'est cet amour qui l'a poussée à faire ce long déplacement pour se rendre chez sa cousine Élisabeth.

 

Seigneur, merci d’être mon Dieu et mon tout. Je me réjouis pour ce que tu as fait, et j’espère t’imiter. Guide-moi sur le chemin de la sainteté, parce que je sais que m’efforcer à devenir saint est la meilleure manière de te montrer ma gratitude.